LE MOUCHARD SUR LE TOIT
Le club des journalistes bretons de Paris, Jean Failler, Hervé Bellec, Nathalie de Broc, Marc Pennec,
Loïk Le Floch Prigent, Marie Le Gall, Christophe Honoré, Jean-Michel Le Boulanger, Alexis Gloaguen, Gwenaëlle Abolivier, Hervé Hamon, Frédérique Jourdaa, Fabienne Juhel, Yves Quentel, Daniel Cario,
Marie Sizun, Anne-Yvonne Pasquier, René Pérez, Jean-Luc Le Pogam, Patrick Poivre d’Arvor



Les droits d'auteur de cet ouvrage sont reversés à l’association de recherche médicale brestoise « Gaétan Saleün »

Le mouchard sur le toit est un enfant du confinement, la preuve par 20 que la créativité ne s’est pas mise aux abonnés absents en Bretagne durant le premier crash sanitaire.

Réunis à l’initiative de Paris Breizh Media, le club des journalistes bretons de Paris, Jean Failler, Hervé Bellec, Nathalie de Broc, Marc Pennec, Loïk Le Floch Prigent, Marie Le Gall, Christophe Honoré, Jean-Michel Le Boulanger, Alexis Gloaguen, Gwenaëlle Abolivier, Hervé Hamon, Frédérique Jourdaa, Fabienne Juhel, Yves Quentel, Daniel Cario, Marie Sizun, Anne-Yvonne Pasquier, René Pérez, Jean-Luc Le Pogam et Patrick Poivre d’Arvor sont les auteurs de ce polar jubilatoire illustré par Nono qui développe son intrigue en territoire bigouden. Ils ont accepté de conjuguer leur talent à l’enseigne du « je » collectif. Sans se concerter, sans se rencontrer, sans bataille d’ego. Chaque écrivain est maître d’oeuvre d’un seul chapitre consacré aux aventures burlesques de Gestapo et de quelques acolytes inattendus.


Rires garantis !

Pour résumer rapidement la situation :

Le Kadjar de Marcel Lelièvre, meilleur vendeur de la concession Renault de Quimper, tombe en panne en pleine nuit sur le bord d’une départementale du Finistère. La tête plombée par ce qu’il a picolé avec ses potes dans un bar de La torche, il s’endort dans sa voiture et ne se réveille qu’au petit matin. Mais ce n’est pas n’importe quel « petit matin ». C’est juste celui du premier jour du confinement.

Les voitures sont rares et les conducteurs sur leurs gardes. Lorsque l’un d’entre eux décide enfin de s’arrêter pour embarquer notre naufragé de la route trempé jusqu’aux os, on sent la peur. La peur de se faire gauler par les flics. Aussi le voyage sera court.

Marcel Lelièvere est déposé ni vu ni connu dans la cour de la première ferme venue. C’est là que vit la Germaine, une veuve avec qui il va devoir malgré lui confiner. Et c’est à partir de cet instant que sa vie va basculer…